• Soutenances,

Soutenance de Elodie Verseillié : Utilisation problématique de Facebook : Définition, évaluation et profils d’utilisateurs.

Publié le 5 juillet 2021 Mis à jour le 5 juillet 2021
le 5 juillet 2021 En visioconférence :

Vous pouvez y accéder en direct via le lien PRISME suivant : https://prismes.univ-toulouse.fr/player.php?code=Q5533p85&width=100%&height=100%

Membres du jury : Nicole Rascle (rapporteure) Grégory Michel (rapporteur) Emeline Chauchard (examinatrice) Henri Chabrol (Directeur de thèse) Laconi Stephanie (Co directrice de thèse)

L’utilisation problématique des réseaux sociaux est le sujet de nombreuses recherches bien qu’il n’existe pas de consensus sur sa définition ou ses critères diagnostiques. Cette thèse propose une définition de l’utilisation problématique des réseaux sociaux selon les internautes eux-mêmes ainsi que la validation française de l’outil d’évaluation le plus souvent utilisé. Le travail réalisé approfondit également les connaissances dans ce domaine grâce à la méthode longitudinale employée.

L’étude 1 a pour objectif d’explorer, par une étude qualitative, le point de vue des internautes sur leur définition de l’utilisation problématique des réseaux sociaux. Les résultats indiquent que les internautes perçoivent cette utilisation problématique au travers d’une perte de contrôle cognitivo-comportementale et au travers de symptômes de sevrage.

L’étude 2 porte sur l’évaluation psychométrique de la Bergen Facebook Addiction Scale (BFAS). Lors des analyses factorielles, la solution à un facteur a été retenue pour ses bonnes propriétés psychométriques et son sens clinique. Les résultats ont montré une bonne cohérence interne et une corrélation entre la BFAS et les variables psychopathologiques.

L’étude 3 se focalise sur les profils d’utilisateurs de Facebook et en dégage trois : les utilisateurs ordinaires, engagés et problématiques. La distinction entre ces groupes porte notamment sur le niveau de détresse psychologique, plus élevé chez les utilisateurs problématiques que chez les autres profils d’utilisateurs. Les utilisateurs problématiques avaient également un niveau d'estime de soi et de soutien social plus faible.

L’étude 4 a pour objectif d'explorer le rôle de l'anxiété dans le développement de l’utilisation problématique de Facebook de manière longitudinale. Les résultats ont notamment mis en avant le rôle médiateur de l’anxiété dans la relation entre la satisfaction du soutien social et de l’utilisation problématique de Facebook (un an plus tard).