Doctorant

Cassandra Guillemot

Coordonnées

Tél
06 76 59 03 45
Mail
cassandra.guillemot@univ-tlse2.fr

Discipline(s)

PSYCHOLOGIE

Thèmes de recherche

Titre de la thèse :  "Vécu douloureux dans l'endométriose : d'une compréhension transactionnelle de la douleur vers une prise en soin potentielle".


Résumé de la thèse : 

L’endométriose est une maladie gynécologique chronique et évolutive, caractérisée par « la présence, hors de la cavité́ utérine, de tissu endométrial, associant glandes épithéliales et stroma » (Audebert, 2018, p. 9). Sa prévalence est mal connue, mais elle est globalement considérée comme touchant 10% des femmes en âge de procréer (Inserm, 2018). L’endométriose entraîne pour 50 à 75% des patientes une symptomatologie douloureuse (Bulleti, Coccia, Battiston & Borini, 2010).

Chez certaines, la douleur est vécue de manière chronique et envahissante. Elle prend alors place dans l’histoire de vie des patientes comme un symptôme permanent et/ou persistant et avec lequel elles doivent composer. L’expérience douloureuse propre à chaque femme est difficilement quantifiable, objectivable, rendant sa prise en charge purement médicale complexe et souvent inefficace au long terme. Elle porte l’empreinte d’un vécu émotionnel, comportemental et cognitif totalement personnel. La genèse de la douleur est complexe : dans l’endométriose, nous savons que les lésions cliniques seules ne suffisent pas à expliquer l’intensité ou la fréquence douloureuse ressentie.
Il existe une variabilité interindividuelle dans la manière de réagir à l’expérience douloureuse et encore plus finement, de l’appréhender : la notion d’ajustement est alors, primordiale.