Soutenance de Gaelle Bongeot : Impact des traitements anticancéreux sur la féminité et sur la qualité de vie des patientes atteintes d’un cancer du sein

Publié le 23 novembre 2021 Mis à jour le 29 novembre 2021
le 1 décembre 2021
Soutenance prévue le mercredi 01 décembre 2021 à 14h00
Lieu :   Université de Toulouse- Jean Jaurès 5 All. Antonio Machado, 31058 Toulouse
Salle : D31
URL salle virtuelle :
https://prismes.univ-toulouse.fr/player.php?code=09192V6j&width=100%&height=100%
Bongeot
Bongeot

Mme Florence SORDES Université de Toulouse- Jean Jaurès Directrice de thèse Mme Florence COUSSON-GELIE Université Montpellier 3 - Paul Valery Rapporteure M. Themis APOSTOLIDIS Université Aix-Marseille Rapporteur Mme Claudine MéLAN Université Toulouse - Jean jaures Examinatrice

Le cancer du sein est une tumeur maligne qui se développe au niveau de la glande mammaire (INCA, 2013). Il est le plus meurtrier chez les femmes et la France est l’un des pays où l’accroissement de nombre de cas par an est le plus rapide. Le cancer du sein a la particularité de tendre à devenir une maladie chronique car le taux de survie ne fait qu’augmenter (INCa, 2016). Il existe plusieurs traitements anticancéreux et le choix thérapeutique dépend de plusieurs caractéristiques de la tumeur et du patient. Les traitements anticancéreux sont lourds et invasifs et peuvent laisser des séquelles majeures sur la qualité de vie, l’image du corps et la sexualité des femmes atteintes d’un cancer du sein. Ces dimensions toutes singulières recouvrant une notion qui est la féminité. L’objectif principal de notre première étude est de mettre en évidence les variables psychologiques les plus souvent mesurées lorsqu’on évalue la féminité. Nos résultats témoignent que l’image du corps est la dimension psychologique la plus mentionnée lorsque les auteurs évaluent le vécu de la féminité. D’autres variables, telles que la sexualité, les relations sociales et l’identité sont également prises en considérations dans l’évaluation de la féminité chez de nombreux auteurs. La seconde étude consiste à créer un outil mesurant la féminité chez les femmes françaises et de valider en parallèle une échelle évaluant la féminité traditionnelle. La phase de validation des deux échelles a été effectuée en plusieurs étapes. Dans un premier temps, des analyses factorielles exploratoires (AFE) ont été préconisées dans le but de valider et de tester la fiabilité de notre échelle. Dans un second temps, nous avons effectué des analyses factorielles confirmatoires (AFC) afin de tester l’ajustement de l’échelle aux données collectées. Finalement, les bonnes propriétés psychométriques des échelles suggèrent que nos deux échelles sont des instruments valides et fiables. Notre dernière étude est transversale, comparative et mixte. L’objectif principal de rendre compte de l’influence des effets secondaires des traitements sur la qualité de vie des patientes en considérant la variable médiatrice « le vécu de la féminité » dans cette relation. La comparaison entre les traitements adjuvants et principaux permettra un meilleur discernement sur l’impact des traitements sur le vécu de la féminité. Enfin, cette étude transversale et mixte permet d’allouer la parole aux femmes sous traitements contre le cancer afin d’avoir une meilleure évaluation de leur féminité. Des analyses statistiques quantitative et qualitative évaluent l’impact des traitements sur le vécu de la féminité, la représentation de la féminité, la qualité de vie et la sexualité en comparant les femmes qui ont déjà reçu un traitement et les femmes en attentes d’en recevoir un (groupe contrôle). Les résultats montrent que l’ensemble des traitements induit une altération plus importante du vécu de la féminité chez les patientes atteintes d’un cancer du sein. De plus, les patientes traitées par anticancéreux, quel qu’il soit, semblent avoir une représentation d’elles-mêmes comme étant plus féminine que celles n’ayant pas encore eu de traitements. En d’autres termes, les patientes traitées perçoivent plus de conséquences sur leur vécu de leur féminité mais se représenterait tout de même, comme étant plus féminine qu’avant le début des traitements.
Mots-clés : Cancer du sein,Traitements anticancéreux,Féminité,Représentation de la féminité,Qualité de vie,