Accueil CERPPS

Centre d'Etudes et de Recherches en Psychopathologie et Psychologie de la Santé
CERPPS UT2J (EA 7411)


Equipe d'Accueil de l'Université Toulouse - Jean Jaurès (UFR Psychologie), fait partie de l'Institut Fédératif d'Etudes et de Recherches Interdisciplinaires Santé Société UT2J-UPS-UT1 (FED 4142) et de la Maison des Sciences de l'Homme et de la Société de Toulouse CNRS-UFTMiP (USR 3414) ainsi que l'Institut des Sciences du Cerveau.
 

Présentation du laboratoire

Faisant partie initialement de l’unité Octogone, le Centre d’Etudes et de Recherches en Psychopathologie et Psychologie de la Santé - CERPPS a, depuis le 1er janvier 2016, une identité propre de laboratoire. Conservant son périmètre et son organisation thématique, cette nouvelle configuration va permettre au CERPPS la poursuite et le développement des travaux dans le domaine de la psychopathologie et  et de la psychologie de la santé.

Soutenue par l’Université Toulouse – Jean Jaurès, cette nouvelle équipe est dirigée par Maria-Teresa Munoz-Sastre, directrice. Localisée dans la Maison de la Recherche, elle réunit dix-neuf enseignants-chercheurs, un chercheur INSERM, deux membres associés, quarante et un doctorants et six post-doctorants. L’investissement des chercheurs de l’unité dans la formation au niveau master et doctorat est très important.

L’unité est structurée autour de trois pôles de recherche, dédiés à la psychopathologie (pôle 1), à la psychopathologie développementale (pôle 2) ainsi que la psychologie de la santé (pôle 3). Afin de favoriser les interactions, un socle commun de recherche a été édifié autour de la notion de prévention. L’unité développe des recherches sur des sujets à fort impact scientifique et sociétal, dont certaines s’appuient sur des plateformes technologiques de pointe (Oculomètre, IRM 3 Tesla…). Les recherches ont pour objectif d’aboutir à des applications cliniques susceptibles d’améliorer la compréhension, la prévention et la prise en charge des pathologies étudiées.

Afin d’atteindre son objectif de rayonnement national et international, le CERPPS a constitué un réseau solide de collaboration en multipliant les partenariats (Harvard Medical School, Université of Nottingham, Northeastern University, Fondation Médéric Alzheimer, Cancéropole de Toulouse, Laboratoire Pierre Fabre…). Sa visibilité internationale est aussi attestée par ses nombreuses publications de haut niveau.
 

Actualités

  • 11 mars 2019 17 mars 2019
    Conférence : la semaine du "Cerveau"
    Les neuromythes sont liés à une déformation, une simplification ou une interprétationincorrecte de résultats scientifiques concernant le fonctionnement du cerveau. Ces erreursont été baptisées neuromythes par Bruno della Chiesa, chercheur et professeur àHarvard. Cette classe spécifique de croyances peut être particulièrement problématiquequand on aborde le thème de l’éducation à cause des nombreuses dérives auxquelles lesneuromythes peuvent donner lieu. Par ailleurs, ils se répandent très rapidement dans lapopulation. Ainsi, leur création et leur propagation reposent sur des mécanismes individuelset sociaux qui amènent à déformer des résultats scientifiques. Le but de cette présentationsera d’illustrer des exemples de neuromythes comme avoir la bosse des mathématiques,l’effet Mozart ou encore, je lis et je retiens….
  • 11 mars 2019 17 mars 2019
    Conférence : la semaine du "Cerveau"
    Le commandant Tommy Egan incarne un ancien pilote de chasse reconverti en pilote dedrones. Douze heures par jour, il survole l’Afghanistan et tue des talibans sans jamaisquitter une base militaire située près de Las Vegas aux États-Unis. Mais les missions qui luisont imposées l’affectent de plus en plus. Alors qu’il développe un syndrome posttraumatique,Tom va commencer à se poser des questions sur sa mission ; Ne crée-t-il pasplus de terroristes qu’il en extermine ? Alors que certains de ses collègues crient « good kill! » à chaque fois qu’il touche sa cible, Tommy Egan a le sentiment de perdre un peu de sonhumanité tous les jours… « Goog Kill », un film anti-guerre qui soulève des questionsessentielles sur la place des technolgies numériques dans nos vies et les dangers qui enrésultent.Good kill est un film écrit et réalisé par Andrew Niccol, sorti en 2014.Il est présenté en compétition officielle au festival international du film de Venise en 2014
  • 11 mars 2019 17 mars 2019
    Conférence : la semaine du "Cerveau"
    Le Cerveau des enfants est un documentaire enrichissant, une plongée dans lesneurosciences.Son but est de nous faire comprendre l’importance de l’environnement sur ledéveloppement du cerveau afin d’adopter des attitudes et des méthodes facilitantl’acquisition de capacités et de compétences chez l’enfant.Il explique comment nos expériences dans notre enfance façonnent notre cerveau, et donneles clefs essentielles pour le développer correctement. Comment aider les enfants à mieuxgérer leurs colères, à se relever des échecs, à apprendre efficacement… De l’émotion àl’apprentissage, le film présente tout ce qu’il est essentiel de savoir pouraccompagner les enfants dans la réalisation de leur potentiel et les aider à s’épanouir.Vous êtes parents ou futurs parents, vous travaillez dans le domaine des sciences, dumédical, de la petite enfanceou de l’éducation ? Venez participer à ce ciné débat !Le cerveau des enfants est un film de Stéphanie Brillant sorti en 2017
  • 22 févr. 2019
    Soutenance : Interventions précoces en autisme : Trajectoires développementales, prédicteurs de la progression et vécu parental
    Contexte : Le Trouble du Spectre de l’Autisme se caractérise par une grande hétérogénéité dans l’étiologie et le développement des signes cliniques. La recherche fait état de la nécessité de développer des interventions précoces, d’en évaluer les effets et de réfléchir aux modalités d’inclusion des famillesÉtude 1 : Cette étude a pour objectif de déterminer l’effet du contexte sur la régulation de l’attention sociale de jeunes enfants atteints de TSA. Les résultats indiquent que les enfants TSA regardent moins le visage et ce d’autant plus que le contexte est peu engageant socialement. La tâche d’attention sociale peut être utilisée dans la recherche de facteurs prédictifs de la progression des enfantsÉtude 2 : L’objectif de cette étude est de caractériser les trajectoires de développement d’enfants bénéficiant d’une intervention précoce et d’identifier des facteurs prédictifs de la progression. Une progression significative de la compréhension et de l’expression est rapportée. Le niveau initial de compré
  • 15 janv. 2019
    Conférence : "Cerveau autiste : Des processus de raisonnement atypiques"
    Les personnes autistes performent souvent beaucoup mieux en raisonnement abstrait que ne le laisse croire leur niveau apparent d’intelligence et d’adaptation. Cela est également vrai des enfants autistes non verbaux. Quels sont les mécanismes cognitifs et cérébraux sous-jacents à ces habiletés en raisonnement? Dans des études en IRMf sur le raisonnement fluide, on a montré une plus grande implication des régions cérébrales liées à la perception chez les personnes autistes que non-autistes. Plus la complexité du raisonnement augmente, et plus la communication entre ces régions et les lobes frontaux augmente chez les personnes autistes. Cela suggère une implication atypique des différents mécanismes de raisonnement chez les personnes autistes, avec un plus grand rôle des processus visuospatiaux
  • 11 janv. 2019
    Soutenance : Éthique des soins et douleur aiguë : l’application des prescriptions médicales des opiacés par les infirmières en soins postopératoires et l’utilisation de l’hypnose dans les douleurs induites par les soins
    Cette contribution scientifique concerne l’éthique des soins prodigués aux patients douloureux. En s’appuyant sur la Théorie Fonctionnelle de l’Intégration de l’Information de N.H. Anderson (1981), deux axes sont présentés. Dans le premier, centré sur le traitement pharmacologique, 395 individus, dans 72 scénarii, ont jugé des conditions d’acceptabilité de refuser de délivrer un antalgique opiacé à un patient qui demande en phase postopératoire. Six facteurs ont été étudiés : l’âge, le degré de douleur, le nombre de demandes, le niveau de risque, le résultat de l’intervention chirurgicale et la stratégie de traitement. Dans le deuxième axe de recherche, centré sur le traitement non pharmacologique, 201 individus, dans 48 scénarii, ont jugé du degré d’acceptabilité de l’utilisation de l’hypnose dans le soulagement de la douleur aiguë induite par les soins. Quatre facteurs ont été étudiés : la douleur traduite à un soin, l’âge-identité du patient, la stratégie de traitement, et la formation reçue par l’hypnotis
  • 09 janv. 2019
    Conférence : Jeu pathologique: déclencheurs et traitement psychologique
    Le jeu pathologique est un phénomène inaccessible aux explications logiques. Pourquoi un joueur pathologique joue-t-il? Pourquoi une personne consacre-t-elle son temps et son argent à une activité telle que le jeu alors que son expérience lui dit qu’à long terme, cela ne fait que déclencher des problèmes personnels, familiaux, professionnels, économiques, etc.? . La réponse c’est que le joueur pathologique, comme les autres personnes, joue pour obtenir une récompense, un prix. Mais si une personne joue à plusieurs reprises ne peut que perdre, puisque les chances de gagner dans le jeu sont réduites plus le comportement de jeu est fréquent. Plusieurs facteurs semblent être impliqués dans le développement du comportement des joueurs pathologiques. Certaines sont reliés aux caractéristiques du jeu (telles que les récompenses immédiates ou le jeu continu), d'autres à l'environnement du jeu (telles que l'accessibilité ou l'acceptation sociale), d'autres à le joueur (telles que les pensées irrationnelles ou l’im